[Critique] Man Of Steel (Zack Snyder) – Version 3D

0
235

Man Of Steel, durée 2h20, sortie cinéma le 19 juin 2013, réalisé par Zack Snyder, avec Henry Cavill, Amy Adams, Michael Shannon, Russell Crowe, Kevin Costner, …

En 2006, Bryan Singer nous avait proposé un Superman Returns qui avait eu bien de la peine à se forger une place dans le coeur des fans de l’Homme à la cape rouge. En 2013, afin de fêter dignement les 75 ans de Superman, Warner Bros et DC Entertainment ont dont décidé de confier l’écriture d’un nouveau scénario à David S. Goyer et Christopher Nolan (The Dark Knight Rises) afin de redonner de l’éclat au plus célèbre des super-héros. Pour l’occasion, c’est Zack Snyder (300, Watchmen, Sucker Punch) qui est aux commandes de ce nouveau long métrage baptisé Man Of Steel, tourné en 2D caméra à l’épaule et converti en 3D en phase de post-production. A l’heure où Disney rencontre un immense succès avec ses adaptations Marvel au cinéma, Warner se doit donc de repartir sur de bonnes bases pour toutes ses franchises; avant de les faire cohabiter dans Justice League ?

man-of-steel-cover

Un petit garçon découvre qu’il possède des pouvoirs surnaturels et qu’il n’est pas né sur Terre. Plus tard, il s’engage dans un périple afin de comprendre d’où il vient et pourquoi il a été envoyé sur notre planète. Mais il devra devenir un héros s’il veut sauver le monde de la destruction totale et incarner l’espoir pour toute l’humanité.

Man Of Steel disposant d’une durée plus que correcte (140 miutes), le réalisateur a ainsi pu prendre son temps pour exposer les différents facettes du scénario et c’est ainsi que la première partie du film se déroule sur Krypton, la planète d’origine de notre (futur) super-héros. Après des décisions bien hasardeuses concernant l’utilisation de ses ressources naturelles, la planète Krypton se meurt et il ne reste plus que quelques heures avant son explosion. C’est dans cette ambiance apocalyptique que le Général Zod (Michael Shannon, la série Boardwalk Empire) se présente devant le Conseil et tente un coup d’état pour prendre le pouvoir et partir à la conquête d’autres planètes à même de recevoir le peuple kryptonnien. Mais c’est également le moment choisi par le scientifique Jor-El (Russel Crowe, Gladiator, Robin des Bois), en accord avec sa femme Lara (Ayelet Zurer, Anges et démons), pour envoyer Kal-El, le premier bébé né par voie naturelle depuis des années dans l’espace, vers une planète lointaine appelée la Terre. La rébellion du Général Zod quant à elle est rapidement maîtrisée et ce dernier est envoyé en prison avec ses sbires, aux confins d’un trou noir pour être précis, et ce juste avant que la planète Krypton n’explose …

man-of-steel-prisoner

Vous l’aurez compris, ce Kal-El n’est autre que Clark Kent (Henry Cavill, la série Tudors) et c’est ainsi que nous le retrouvons quelques années plus tard sur Terre, à l’age adulte, essayant tant bien que mal de vivre avec ses pouvoirs, tout en essayant de comprendre pourquoi il est à ce point différent. Ses recherches le mènent de villes en villes, travaillant ici comme un pêcheur, ou là comme un barman dans un endroit miteux. La découverte par le FBI d’un objet très ancien, enfoui sous les glaces, lui permettra néanmoins d’en apprendre un peu plus sur lui et sur les raisons de sa venue sur Terre (il est là pour guider les Hommes et créer un monde meilleur), mais aussi de rencontrer une journaliste intrépide qui n’a pas son pareil pour aller à la pêche aux informations : Loïs Lane (Amy Adams, La Nuit au Musée 2). Je n’irai pas plus loin dans la trame du scénario, mais sachez que de nombreux flashbacks viendront émailler le récit principal, nous permettant ainsi de découvrir la jeunesse de Clark, ses doutes, ses craintes, ainsi que sa relation avec ses parents adoptifs (interprétés par Kevin Costner et Diane Lane). Ces moments de flashbacks sont, en général, très bien amenés/réalisés et nous permettent ainsi de mieux comprendre les décisions prises par Clark à l’age adulte.

man-of-steel-jeunesse

Pour en venir au spectacle à proprement parler, le réalisateur a bien pris la mesure de Superman et il faudra donc vous attendre à un déferlement d’actions, d’explosions et d’effets spéciaux à tout va, avec, ô miracle, une quasi absence des ralentis qui étaient jusqu’alors la marque de fabrique de Zack Snyder (il y a tout de même un bon paquet de lensflares). C’est bien simple, Metropolis ne ressemblera plus à rien une fois cette guerre terminée et cette destruction de masse se paye même le luxe d’être réalisée d’une façon plutôt lisible à l’écran ! Pour être tout à fait honnête, certains effets spéciaux font tout de même assez « cheap », notamment certains combats entre surhommes qui fleurent bon le numérique à outrance, mais on ne saurait que trop pardonner les infographistes quand on voit le déferlement d’effets à l’écran. Quant à la partition musicale signée Hans Zimmer, il n’y a pas vraiment grand chose à jeter et le thème principal parvient même à nous donner des frissons dès les premières notes ! En revanche, même si la menace qui plane sur la Terre est assez visible, le Général Zod (tout en grimaces ridicules) ne réussit jamais à être le Super-Vilain que tout un chacun attendait dans un tel blockbuster, et l’on se mettra déjà à rêver des futurs confrontations avec Lex Luthor…

man-of-steel-lois

Enfin, sachez que la 3D est une fois de plus totalement inutile, voire assez moche par moments (le syndrome du Choc des Titans ?), et je ne saurais que trop vous conseiller d’opter pour une séance en 2D. Car oui, au final ce Man Of Steel mérite d’être vu dans des conditions optimales, histoire de bien prendre la mesure du spectacle qui vous sera proposé : grandiose en tous points. En revanche, et à la vue de la force de Superman, il devient bien difficile d’imaginer qu’un tel personnage puisse avoir besoin de faire équipe avec Batman, Wonder Woman ou Green Arrow pour combattre des forces maléfiques, ce qui annihilerait par la même occasion toute possibilité d’une adaptation de Justice League au cinéma (on aperçoit quelques clins d’œil à l’univers DC tout au long du film), sauf si les scénaristes abusent de la kryptonite pour affaiblir Superman: un peu facile comme procédé, non ? Pour le moment, et au vu du raz de marée commercial qui s’annonce (plus de 125 millions de dollars de recette au box office US pour son premier week-end), Warner Bros va très certainement se focaliser sur la production d’une suite à ce Man Of Steel. Et d’ailleurs, les dernières images du film vont en ce sens, nous promettant un retour aux sources qui devrait en ravir plus d’un …