Space Invaders Logo

[Test] Medal Of Honor (Xbox 360)


Testé en solo et multijoueur sur la version commerciale de Medal Of Honor sur Xbox 360.

En décembre dernier, Electronic Arts annonçait fièrement le retour de Medal Of Honor. Développé par Danger Close, ce nouvel opus vous propose de prendre part aux conflits actuels en Afghanistan aux côtés des Opérateurs du Tier 1, une unité d’élite regroupant les meilleurs hommes des Forces Spéciales. D’un autre côté, la partie multijoueur a été développée par DICE, un studio suédois qui n’a plus rien à prouver suite aux succès de sa série Battlefield. L’éditeur aurait-il trouvé l’alliance parfaite pour relancer sa licence culte ?

Scénario: Medal Of Honor vous fera découvrir une petite portion du territoire Afghan, puisque les aventures du Tier 1 se limitent à une superficie d’à peine 20 km². Durant les 48 heures que durent ces opérations, vous serez amenés à suivre trois escouades pour trois types de gameplay légèrement distincts. Ne vous attendez pas vraiment à savoir ce que vous faites là, tout juste sait-on que la première mission commence par la recherche de Tarik, un informateur qui semble vous avoir conduit dans un piège tendu par les Talibans. Le reste du scénario s’enchaîne de manière très fluide jusqu’à l’apothéose finale et cette mission de sauvetage où vous devrez « Secourir les secouristes »…

Graphismes: Annoncé comme l’un des gros blockbusters de la fin 2010, MOH se devait de nous en mettre plein la vue avec sa recherche de réalisme et des conflits prenant place dans les montagnes Afghanes. Las, l’objectif n’est pas franchement atteint et Medal Of Honor ne vous en mettra jamais plein la vue! Pire, même les « cut-scenes » prenant place dans le Quartier Général nous permettent d’observer calmement le manque flagrant de travail sur les visages des protagonistes. Côté technique, ce n’est guère mieux avec une IA souffrant de carences évidentes, tant du côté de vos alliés que des ennemis, de gros ralentissements lors de certaines séquences de destruction massive et des bugs de collision à foison (merci l’Unreal Engine 3). Rassurez-vous, la partie multi est un peu plus maitrisée grâce notamment au Frostbite Engine et au talent des suédois de DICE…

Jouabilité: Medal Of Honor est facile à prendre en mains pour la bonne et simple raison que le studio californien a opté pour des contrôles ultra-classiques que tous les amateurs de FPS connaissent sur le bout des doigts: courir, recharger, changer d’arme, utiliser des options pour les armes, choisir la cadence de tir, passer en mode de vision nocturne, tuer à l’arme blanche et j’en passe! Il est même possible, en s’approchant d’un coéquipier, de récupérer (quémander) des munitions auprès de lui: il sera donc extrêmement rare de se retrouver sans balles. Le jeu vous offrira également quelques séquences de tir à bord d’un hélicoptère, mais également au guidon d’un quad à la maniabilité assez étrange et pour lequel la seule option est de rouler avec ou sans les phares allumés.

Durée de vie: Six petites heures: c’est le temps nécessaire pour venir à bout des 10 chapitres pendant lesquels vous serez amenés à contrôler trois unités différentes: c’est peu, mais surtout le rythme général et les scripts « buggés » ne devraient même pas vous pousser à recommencer en difficulté supérieure. Par la suite, vous pourrez tout de même tenter de jouer en mode Tier 1 où vous devrez recommencer chaque chapitre lors d’épreuves chronométrées où la mort sera synonyme de « Game Over ». Enfin, DICE a pris en charge le développement de la partie multijoueur, et les similitudes avec Battlefield: Bad Company 2 vous sauteront directement aux yeux. Dans ces quatre modes multi, jouables à 12 contre 12 que ce soit du côté des soldats US ou des Talibans, vous pourrez choisir entre trois classes (Fusilier, Force Spéciale et Sniper), chacune pouvant gagner de l’expérience pour atteindre le niveau 15. Durant mes quelques heures de jeu en ligne, je n’ai décelé aucun lag et les parties sont vraiment très prenantes; même si vous risquez de pester à maintes reprises contre les fameux « campeurs » que vous aurez les pires difficultés du monde à trouver/déloger (une « killcam » ne serait pas de refus)…

Bande son: Les différents thèmes musicaux sont vraiment bons (surtout sur la fin), les dialogues sont crédibles (sauf dans le HQ) et l’ambiance générale est très soignée! Que ce soient les ordres, les tirs, les bombardements ou encore les cris des assaillants, tout concoure à vous faire entrer de plain-pied au coeur du conflit afghan…

Conclusion: Finalement, si vous n’êtes pas un adepte du jeu en ligne, Medal Of Honor risque de vous rester en travers de la gorge. Essayant tant bien que mal de copier la concurrence sur différents aspects, le jeu de Danger Close ne réussit jamais à décoller, peut-être pris par l’enjeu de la Guerre en Afghanistan qui l’oblige à rester politiquement correct dans toutes les situations. En revanche, si vous souhaitez découvrir un multi travaillé, soigné, et plutôt bien conçu, MOH devrait vous ravir et l’arrivée prochaine de DLCs devrait prolonger sa durée de vie! Mais quand on sait que le prochain Call Of Duty arrive d’ici une semaine, l’achat (compulsif) demande réflexion…

Note: 6/10