Space Invaders Logo

[Test] Prince Of Persia: Les Sables Oubliés (Xbox 360)


Bonjour cher lecteur...

Cet article fait parti d'une archive regroupant l'ensemble des contributions de nos rédacteurs depuis l'année 2008. Aussi, il se pourrait que des images soient absentes ou décalées, merci de ne pas nous en vouloir. Si vous souhaitez tout de même voir certaines images, vous pouvez nous le signaler via notre formulaire de contact et nous nous ferons un plaisir de fouiller dans nos archives pour remettre en ligne nos vieilles photos ou images.

Merci de votre compréhension et bonne lecture !

Testé en solo sur la version commerciale du jeu Prince Of Persia: Les Sables Oubliés sur Xbox 360.

Après avoir ressuscité avec brio la franchise Prince Of Persia en 2003 grâce à l’excellente trilogie des Sables du Temps, Ubisoft avait décidé de faire table rase du passé en nous offrant un nouveau Prince Of Persia en 2008. Au final, ce fut une énorme déception de mon côté (trop répétitif, pouvoirs inintéressants, sans parler de la polémique autour de l’épilogue) et c’est avec une certaine appréhension que j’attendais Prince Of Persia: Les Sables Oubliés

Scénario: L’histoire de ce nouvel épisode prend place juste après les événements de Prince Of Persia: Les Sables Du Temps. Nous retrouvons donc le Prince rendant visite à son frère Malik au moment même où la cité se fait attaquer de toutes parts. Ce dernier décide alors de libérer l’Armée du Roi Salomon pour venir à bout des envahisseurs, mais tout ne se passe pas toujours comme on le voudrait, et c’est finalement Ratash et son armée des sables qui sont ramenés à la vie. Dès lors, tous les êtres vivants du Palais se retrouvent transformés en statue de sable, exceptés Malik et le Prince, chacun étant protégé par un sceau. Et pour finir les présentations, sachez que dans sa quête pour renvoyer Ratash d’où il vient, le Prince rencontrera à plusieurs reprises Razia, une djinn de l’eau qui lui octroiera de nouveaux pouvoirs au fur et à mesure de l’aventure. Vous l’aurez certainement compris par vous-même: le scénario est extrêmement plat et il ne réussira jamais à éveiller un quelconque intérêt de votre part…

Graphismes: Je dois vous avouer que je m’attendais clairement à quelque chose de plus grandiose au niveau des graphismes, indignes des consoles actuelles. Il faut dire que les développeurs ne sont pas trop foulés puisque l’intrigue ne vous permettra jamais de sortir du Palais et le résultat est accablant: tous les niveaux se ressemblent, les textures sont basiques, certains visages font peine à voir lors des gros plans et la plupart des effets spéciaux semblent ultra datés. L’animation n’est pas en reste, avec quelques problèmes de collision de-ci de-là, et le jeu se paye même le luxe de ramer méchamment dans certains salles. Bref, ce n’est pas sur ce point que les développeurs vont sauver la saga Prince Of Persia…

Jouabilité: La maniabilité est assez classique (stick gauche pour les déplacements et stick droit pour la caméra) même si je regrette fortement que certains passages empêchent d’utiliser le stick droit comme bon nous semble. Du côté des actions possibles, le Prince peut frapper avec son épée, déclencher un coup puissant à l’épée, donner un coup de pied (pratique contre des boucliers), ou encore sauter. La croix directionnelle est utilisée pour déclencher les magies du Prince (feu, eau, air, terre), pouvoirs que vous pourrez améliorer au fur et à mesure de votre progression. En outre, le Prince apprendra différentes capacités durant le jeu, lui permettant ainsi de déclencher les retours dans le temps, de geler les jets d’eau, de ranimer les vestiges du passé, ou encore de foncer sur les ennemis tel un aigle. A cet effet, je tiens à préciser que l’avant dernier niveau est une pure folie au niveau des acrobaties puisque vous aurez parfois des séquences de plusieurs minutes où le jeu vous demandera d’avoir une synchronisation parfaite entre le bouton de saut et les différentes gâchettes, tout ceci afin d’atteindre la sortie et donc le combat final.

Durée de vie: Dès le début du jeu, vous aurez le choix entre deux niveaux de difficulté (Facile ou Normal) mais je vous conseille fortement d’opter pour la difficulté normale pour la bonne et simple raison que le jeu n’est pas franchement difficile, exceptées les acrobaties du dernier niveau. Les différents combats face à Ratash sont vraiment simples (il n’y a aucun challenge), et les magies élémentaires vous aideront à venir à bout aisément des monstres les plus coriaces. Comptez 7 heures pour voir la conclusion des aventures du Prince, et une dizaine de minutes pour terminer le mode Défi où vous devrez affronter huit vagues successives d’ennemis. A noter que dans ce mode Défi, vous garderez les caractéristiques acquises au cours du jeu et vous pourrez éventuellement continuer à les améliorer, vous permettant ainsi de décrocher quelques Succès faciles. Quant à la rejouabilité, à part si vous désirez trouver les nombreux sarcophages dissimulés dans le Palais, vous risquez de ranger rapidement le jeu dans votre ludothèque…

Bande son: Le Prince est très correctement doublé en français, mais il aurait été appréciable de pouvoir activer des sous-titres car le bruit général vous demandera parfois de monter le volume afin d’entendre les différents protagonistes. Pour le reste, la partition musicale est plutôt convaincante et permet de nous plonger un peu plus dans l’ambiance des mille et une nuit.

Conclusion: Il m’est assez difficile de donner un avis tranché sur Prince Of Persia: Les Sables Oubliés. Le précédent volet avait été tellement décrié que je suis soulagé de voir Ubisoft effectuer un retour aux sources salvateur. En revanche, il aurait été de bon goût d’être un peu moins frileux en prenant plus de risques et en nous proposant des puzzles et énigmes qui ne semblent pas tout droit venus de la précédente trilogie. En l’état actuel des choses, les aventures du Prince baignent dans la facilité et ce n’est pas le semblant de scénario qui rattrapera ce faux pas. A quand un épisode digne de ce nom sur les supports actuels?

Note: 6/10