Space Invaders Logo

[Test] SOCOM: Fireteam Bravo 3 (PSP)


Bonjour cher lecteur...

Cet article fait parti d'une archive regroupant l'ensemble des contributions de nos rédacteurs depuis l'année 2008. Aussi, il se pourrait que des images soient absentes ou décalées, merci de ne pas nous en vouloir. Si vous souhaitez tout de même voir certaines images, vous pouvez nous le signaler via notre formulaire de contact et nous nous ferons un plaisir de fouiller dans nos archives pour remettre en ligne nos vieilles photos ou images.

Merci de votre compréhension et bonne lecture !

Testé en solo et multijoueur sur la version éditeur du jeu SOCOM: Fireteam Bravo 3 sur PSP.

Avec son nom à rallonge, SOCOM: U.S. Navy SEALs: Fireteam Bravo 3 marque le retour de la franchise SOCOM sur la portable de Sony. Sorti en février 2010, SOCOM: Fireteam Bravo 3 est en fait la quatrième apparition de la licence d’action-tactique sur PSP et le troisième volet développé par les canadiens de Slant Six Games.

S’il fallait trouver des points positifs, il faut tout d’abord noter que le moteur du jeu ne s’en sort pas trop mal et affiche une 3D plus que correcte. En revanche, en y regardant de plus près, on s’aperçoit rapidement que les textures sont assez pauvres et qu’il aurait été malvenu de nous proposer un jeu souffrant de chutes de framerates avec de tels graphismes (il suffit de voir l’intérieur des bâtiments pour s’en convaincre). Du côté de la partie audio, les bruitages sont carrément anecdotiques et à part les voix françaises de bonne facture, il n’y a pas grand chose à sauver.

Et le gameplay dans tout ça ? Et bien là aussi, les amateurs de FPS risquent d’en prendre pour leur grade. Le stick analogique sert à se déplacer, la croix directionnelle permet de zoomer, la gâchette gauche permet de faire des pas de côté, et les boutons croix-rond-carré-triangle servent à tirer, donner des ordres, recharger et j’en passe. Mais alors, comment bouger la caméra pour pouvoir observer, voire viser? A cela, les développeurs ont tout simplement intégré la visée semi-automatique: gâchette droite pour « locker » un ennemi, gâchette gauche pour changer de cible, et il ne vous reste plus qu’à tirer. Le champs de bataille devient tellement un carnage que vos équipiers ne servent à rien et que l’aspect tactique de la série est relégué au second plan. Au pire, vous vous servirez d’eux comme bouclier pour ouvrir des portes ou pour saboter des voitures (objectifs secondaires) mais leur intérêt/apport s’arrête là. Ajoutez à cela une IA très médiocre, et une campagne solo terminée en moins de 4 heures (en difficulté standard), et vous comprendrez que SOCOM: Fireteam Bravo 3 est à ranger dans la catégorie des jeux PSP dispensables.

Mais rassurez-vous: si vous connaissez des amis ayant également craqué pour ce jeu, il vous sera possible de parcourir la campagne solo en coopératif à 4 joueurs (rendant la campagne encore plus facile), ou encore de prendre part à des modes multijoueur permettant à 16 joueurs de s’affronter sur 8 cartes. En revanche, si ces aspects coopératifs/compétitifs ne vous intéressent pas, SOCOM: Fireteam Bravo 3 risque de rapidement prendre la poussière sur vos étagères…

Note: 4/10