Sonic Colours Ultimate

[Test] Sonic Colours Ultimate (Switch)


Sonic Colours Ultimate (version physique, v1.0.3, sortie le 7 septembre 2021), Développeur: Blind Squirrel Games, Éditeur: SEGA

En 2010, SEGA continuait à essayer de redorer le blason de son hérisson bleu en proposant aux joueurs Wii et Nintendo DS un nouveau titre de la franchise intitulé Sonic Colours (ou Sonic Colors dans certaines régions du monde). Le jeu avait été un succès critique et commercial et il n’est donc pas étonnant de voir l’éditeur tenter d’élargir un peu plus le public aujourd’hui en nous proposant Sonic Colours Ultimate, une version remise au goût du jour et qui a la particularité de sortir sur quasiment toutes les plateformes du marché dont la Nintendo Switch. A cette occasion, SEGA s’est rapproché de Blind Squirrel Games pour proposer une version digne de ce nom, le studio ayant déjà travaillé sur un nombre conséquent de remasterisations (BioShock: The Collection, Borderlands GOTY Enhanced Edition ou encore Mass Effect Legendary Edition).

Comme souvent, le scénario est un prétexte à nous proposer de nombreux mondes à visiter. Ici, Dr Eggman (Robotnik) s’est décidé à construire un parc d’attractions en orbite autour de la planète Mobius (pourquoi pas). Mais bien évidemment, rien n’est aussi simple et lorsque Sonic et Tails débarquent dans le parc, ils se rendent rapidement compte que quelque chose ne tourne pas rond. Leur rencontre avec un Wisp baptisé Yacker sera l’élément déclencheur puisque ce dernier va leur révéler que Eggman essaye de voler l’énergie de ces êtres extraterrestres pour mener à bien son plan machiavélique.

Car la grande nouveauté de cet opus, ce sont bien évidemment les Wisps qui sont des petits aliens capable de conférer des pouvoirs, voire de transformer Sonic (je vous laisse la surprise). Et bonne nouvelle, cette version Ultimate en apporte un supplémentaire ! Alors il faut être franc, ce genre de petits compagnons d’infortune fleure bon l’opportunisme commercial et l’on peut déjà s’imaginer les dirigeants de SEGA penser aux dollars qu’ils allaient pouvoir récupérer en vendant des produits dérivés à base de Wisps…

Au rayon des nouveautés, outre du 4K et 60 fps sur les plateformes capables de le proposer, Sonic Colours Ultimate introduit également de nouvelles fonctionnalités comme le mode Rival Rush (des courses contre Metal Sonic), le Tails Save (qui permet de revenir à la vie là où vous avez échoué plutôt que de retourner au dernier checkpoint) et j’en passe. Pas de quoi dénaturer le jeu, bien au contraire puisqu’il est toujours aussi sublime et rapide, même si l’on aurait certainement aimé que le studio repasse un coup sur tous les polygones et textures (certains d’entre eux semblent restés dans leur jus de l’époque).

En revanche, l’ossature du jeu n’a pas changé puisqu’il est toujours question de traverser les niveaux de six mondes, chacun d’entre eux se terminant par un combat de boss, sachant que la découverte de Wisps au fur et à mesure de vos aventures pourra vous inciter à venir rejouer certains niveaux pour débloquer de nouvelles possibilités. Je ne sais pas si c’est lié à mes capacités Sonic-esques, mais j’avoue avoir eu quelques difficultés lors des premières heures de jeu en raison d’une certaine imprécision du gameplay, notamment lors des double sauts: je n’ai jamais été particulièrement fort à manier le hérisson bleu mais c’était assez confus.

Un autre point également à soulever est que le hub du jeu n’a pas évolué depuis le jeu d’origine alors qu’il aurait probablement eu besoin d’un bon coup de polish, voire de recevoir une nouvelle interface utilisateur car en l’état, c’est assez mauvais, tout en tirant sur le côté immonde. Bref, heureusement que vous n’y passerez pas des heures au carré !

Au final, Sonic Colours Ultimate ne parvient toujours pas à être le meilleur épisode 3D de la série mais il s’en tire avec beaucoup plus que de simples honneurs, la remasterisation (bien que paresseuse) aidant à remettre cet excellent jeu de plateforme sur le devant de la scène. L’alternance de passages en 3D puis 2D, couplé à une utilisation ingénieuse des Wisps, confère à ce titre un je-ne-sais-quoi qui vous empêchera de lâcher les manettes et qui vous poussera à vouloir en voir le bout à tout prix, ce qui devrait arriver après une douzaine d’heures. Et après ? Il ne reste plus qu’à prendre votre mal en patience puisqu’un nouveau jeu estampillé Sonic est d’ores et déjà prévu pour l’année prochaine, en espérant que la qualité soit au rendez-vous…

Sonic Colours Ultimate
Sonic Colours Ultimate (Switch)
7