Space Invaders Logo

[Avis] The Following Saison 1 (Kevin Williamson)


Bonjour cher lecteur...

Cet article fait parti d'une archive regroupant l'ensemble des contributions de nos rédacteurs depuis l'année 2008. Aussi, il se pourrait que des images soient absentes ou décalées, merci de ne pas nous en vouloir. Si vous souhaitez tout de même voir certaines images, vous pouvez nous le signaler via notre formulaire de contact et nous nous ferons un plaisir de fouiller dans nos archives pour remettre en ligne nos vieilles photos ou images.

Merci de votre compréhension et bonne lecture !

Joe Carroll, un serial killer diabolique, utilise la technologie pour créer une secte de tueurs en séries, tous reliés les uns aux autres alors qu’ils sont dispersés aux quatre coins des Etats-Unis. L’ancien agent du FBI Ryan Hardy, qui l’a traqué et capturé par le passé, qui a même écrit un livre sur lui et qui connait la moindre de ses ruses, se voit contraint de reprendre du service…

the-following-poster

Après plusieurs succès tant cinématographiques (Scream, Souviens-toi l’été dernier) que télévisuelles (Dawson, The Vampire Diaries), Kevin Williamson avait très certainement pris un sacré coup au moral l’an dernier après l’échec de sa nouvelle série, The Secret Circle. Délaissant le domaine fantastique, c’est désormais sur The Following que reposait une grande part de sa légitimité en tant que scénariste « bankable » et bien lui en a pris car cette nouvelle série diffusée sur la FOX a très rapidement fait partie des séries les plus attendues de la saison 2012/2013…

[dailymotion xzoxx1]

Soyons clairs dès le départ, The Following n’est pas une série à montrer à tout le monde : il y a beaucoup de meurtres, souvent sadiques, et l’hémoglobine tient une part prenante dans les décors. La série nous propose de suivre Ryan Hardy (Kevin Bacon, qui tient ici son premier rôle dans un show TV), un ancien Agent du FBI ayant sombré dans l’alcool et la déprime suite à l’arrestation du tueur en série Joe Carroll (James Purefoy) quelques années plus tôt : la traque avait été particulièrement violente, notamment pour Ryan Hardy qui en a gardé des séquelles (dont son pacemaker suite à une violente altercation à l’arme blanche), mais également éprouvante sur le plan psychologique. L’ancien Agent avait bien essayé de faire la paix avec ses démons intérieurs en rédigeant un roman sur cette traque mais en vain … Mais voilà, Joe Carroll se meurt d’ennui en prison et met en place un plan pour s’évader et parachever son oeuvre (en hommage à Edgar Allan Poe) en ôtant la vie à sa dernière victime, celle qui lui avait échappé et qui avait conduit à son incarcération. Ryan est alors rappelé pour aider à traquer le tueur et sera amené à faire équipe avec de nouveaux agents du FBI tels que Debra Parker (Annie Parisse, Person Of Interest) ou encore Mike Weston (Shawn Ashmore, la trilogie X-Men), une traque qui va rapidement les confronter à l’impensable : depuis sa prison, Joe Carroll a réussi à créer une sorte de secte autour de sa personne et toute personne croisée peut être un adepte en sommeil, et donc un potentiel tueur en série !

the-following-joe-claire

Les premiers épisodes de The Following s’enchainent plutôt bien et l’on reste bouche bée devant les retournements de situation et la découverte des nouveaux membres (totalement lobotomisés) de la secte, à tel point que l’on pense très rapidement que chaque épisode va apporter son nouveau cinglé, prêt à tout pour défendre les intérêts de Joe Carroll. C’est alors que la série prend une toute autre tournure et où le tueur en série va jouer au chat et à la souris avec les autorités en tentant de kidnapper son ex-femme Claire Matthews (Natalie Zea) et son fils Joey (Kyle Catlett). Mais c’est aussi le moment où Joe va commencer à montrer son véritable côté malsain (la moindre erreur d’un proche pouvant signifier la mort), mais également ses nombreux troubles psychologiques en se lançant dans des tirades complètement folles/insensées autour de l’amour et de la mort (avec encore une fois de nombreuses références à Edger Allan Poe). A tel point que même si l’on peut trouver le personnage excellent dans les premiers épisodes (notamment grâce au jeu d’acteur de James Purefoy), il en devient presque énervant par la suite et l’on aimerait le voir rapidement disparaitre histoire de passer à un autre chapitre. Las, de rebondissements en rebondissements (plus ou moins cousus de fil blanc), le psychopathe parviendra toujours à s’échapper tout au long des quinze épisodes qui forment cette première saison …

the-following-ryan

Suivie par plus de 8 millions de téléspectateurs en moyenne aux Etats-Unis, The Following aura tout de même le droit à une seconde saison qui devrait être diffusée début 2014. Mais quand on voit les cinq dernières minutes de l’ultime épisode, difficile de savoir quelle sera la direction prise par les scénaristes pour la suite …

Note: 8/10