Space Invaders Logo

[Critique] Harry Potter et les Reliques de la Mort Partie 2 (David Yates) – Version 3D


Bonjour cher lecteur...

Cet article fait parti d'une archive regroupant l'ensemble des contributions de nos rédacteurs depuis l'année 2008. Aussi, il se pourrait que des images soient absentes ou décalées, merci de ne pas nous en vouloir. Si vous souhaitez tout de même voir certaines images, vous pouvez nous le signaler via notre formulaire de contact et nous nous ferons un plaisir de fouiller dans nos archives pour remettre en ligne nos vieilles photos ou images.

Merci de votre compréhension et bonne lecture !

Harry Potter et les Reliques de la Mort Partie 2 (Harry Potter and the Deathly Hallows Part 2), durée 2h10, sortie cinéma le 13 juillet 2011, réalisé par David Yates, avec Daniel Radcliffe, Rupert Grint, Emma Watson, Ralph Fiennes, …

Huit mois après une première partie qui avait essuyée des critiques très variées, pour ne pas dire mitigées, Harry Potter revient enfin au cinéma pour sa huitième et ultime aventure. Toujours réalisé par David Yates à qui l’on doit toutes les adaptations depuis L’Ordre du Phoenix, Harry Potter et les Reliques de la Mort – Partie 2 vient clore une saga ayant débuté sur grand écran en 2001 et qui, pour la toute première fois, sera également projeté en 3D dans les salles équipées. Il s’agit bien évidemment d’une occasion unique de voir le chemin parcouru depuis le premier volet, mais également de connaitre le destin du jeune sorcier face à Vous-Savez-Qui car, si l’on en croit la prophétie, « l’un devra mourir de la main de l’autre car aucun d’eux ne peut vivre tant que l’autre survit »…

Dans la 2e Partie de cet épisode final, le combat entre les puissances du bien et du mal de l’univers des sorciers se transforme en guerre sans merci. Les enjeux n’ont jamais été si considérables et personne n’est en sécurité. Mais c’est Harry Potter qui peut être appelé pour l’ultime sacrifice alors que se rapproche l’ultime épreuve de force avec Voldemort.

Le film s’ouvre sur les dernières images de la première partie, à savoir la découverte par Lord Voldemort de la première Relique de la Mort (baguette de sureau) et la réunion de nos jeunes amis sur une plage. Le temps presse et la chasse aux Horcruxes doit se poursuivre si Harry (Daniel Radcliffe), Ron (Rupert Grint) et Hermione (Emma Watson) veulent avoir une chance de venir à bout de Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom (car les Horcruxes sont des réceptacles renfermant une partie de son âme). Du côté des acteurs, il n’y aucun changement notable par rapport au précédent long métrage, le tournage des deux parties l’une à la suite de l’autre (voire en parallèle) rendant moins perceptibles les changements physiques chez les adulescents…

[dailymotion xji1mn]

Cette dernière aventure devait être l’apothéose de la saga et à ce petit jeu, je peux d’ores et déjà vous confirmer que les équipes techniques ont fait très fort: l’attaque de Poudlard est tout simplement grandiose, notamment au niveau visuel avec de nombreux élèves et professeurs prenant part aux combats contre les Mangemorts, Détraqueurs et autre Trolls (oui oui, vous avez bien lu). Les créatures fantastiques sont également présentes avec, par exemple, un Dragon plus vrai que nature pour garder les portes de la Banque Gringotts : cette séquence du film nous offre d’ailleurs des moments de bravoure qui devraient réjouir l’ensemble des fans. Bref, les spectateurs friands d’action devraient y trouver leur compte, les autres devront se contenter d’en prendre plein les yeux comme rarement au cinéma…

Je dois vous avouer qu’il est tout de même assez difficile de vous parler plus en profondeur du film car je ne voudrais pas vous gâcher le plaisir procuré par certaines scènes (la mort d’un professeur ou encore de certains membres de l’Ordre du Phénix, l’utilisation de la Pensine qui nous fait replonger jusqu’à la naissance de Harry, ou les premiers baisers échangés entre untel et untel). Non, ne vous en faites pas, je me garderai bien de vous spoiler sur les éléments clés de cette conclusion !!! Néanmoins, s’il fallait trouver à redire sur ce chapitre final, outre la 3D réalisée en post-production qui n’apporte pas grand chose (même si elle ne souffre pas de défauts majeurs comme d’autres productions), c’est surtout la séquence finale qui aurait mérité un peu plus d’attention de la part du directeur artistique. Pour le reste, je me contenterai simplement de vous rassurer sur la qualité de ce dernier opus qui clôt de manière magistrale une saga qui n’a cessé de s’améliorer depuis Le Prisonnier d’Azkaban

Note: 8/10