Space Invaders Logo

[Test] Blacklight: Tango Down (XLA)


Bonjour cher lecteur...

Cet article fait parti d'une archive regroupant l'ensemble des contributions de nos rédacteurs depuis l'année 2008. Aussi, il se pourrait que des images soient absentes ou décalées, merci de ne pas nous en vouloir. Si vous souhaitez tout de même voir certaines images, vous pouvez nous le signaler via notre formulaire de contact et nous nous ferons un plaisir de fouiller dans nos archives pour remettre en ligne nos vieilles photos ou images.

Merci de votre compréhension et bonne lecture !

Testé en solo et multijoueur sur la version digitale du jeu Blacklight: Tango Down sur Xbox Live Arcade.

Les jeux dématérialisés seraient-ils enfin arrivés à maturité ? Les développeurs rivalisent d’ingéniosité sur le Xbox Live Arcade et le PSN pour nous offrir des jeux qui n’ont pas à rougir face à ceux disponibles sur support physique et d’excellents titres commencent à faire leur apparition sur ces services, notamment Shadow Complex en 2009 ou encore Trine. Cet été, c’est au tour des FPS multijoueur de venir envahir nos écrans avec Blacklight: Tango Down, un shoot futuriste développé par Zombie Studios et prêt à en découdre avec les cadors du genre. Pour quel résultat ?

Scénario: Difficile de parler de scénario pour un jeu uniquement axé sur le multijoueur, mais les développeurs ont tout de même décidé de poser une trame de fond. L’histoire se déroule donc dans un futur proche où les Blacklight sont chargés de retrouver un haut gradé dans la ville de Balik. Mais en pleine guerre civile suite à l’assassinat du Président, ces derniers devront faire face aux troupes de l’Ordre, ainsi qu’aux habitants de Balik infestés par un virus baptisé SIV.

Graphismes: Il faut tout d’abord savoir que Blacklight: Tango Down utilise le moteur Unreal Engine 3, un gage de qualité s’il en est. En revanche, les animations auraient mérité plus de travail comme par exemple votre arme qui ne bouge quasiment pas si vous courrez, donnant ainsi l’impression que votre soldat glisse sur le sol. Même remarque du côté des graphismes qui, sans être ridicules, sont tout de même assez pauvres avec certaines textures qui vous ramèneront quelques années en arrière. De même, votre personnage utilisant un casque bourré d’électronique, des parasites d’assez mauvais goût pourront venir ternir votre affichage lorsque vous serez exposé à des interférences électroniques. Pour finir, il est quasiment impensable de vouloir y jouer si vous ne possédez pas un téléviseur HD, ou alors vous risquez d’avoir du mal à lire les instructions à l’écran.

Jouabilité: Les développeurs ont décidé d’adopter une maniabilité classique afin que les habitués du genre trouvent rapidement leurs marques. Bien évidemment, le titre propose quelques spécificités comme le HRV (Visière de Réalité Augmentée) vous permettant d’observer vos alliés et ennemis à travers les murs, ainsi que la disposition des armes et objets nécessaires à votre réussite. Mais attention, cette vision n’est disponible que durant quelques secondes, le temps que votre jauge se recharge. Pour information, sachez que le même principe de jauge est appliqué à la course de votre soldat.

Durée de vie: Avec la bagatelle de sept modes multijoueur (Deathmatch, Team Deathmatch, Retrieval, Domination, Detonate, Last Man Standing, Last Team Standing) jouables sur une douzaine de cartes, couplés aux missions Black Ops qui vous permettront de joueur seul ou en coop sur 4 terrains (Street Fight, Tourist Trap, Burial Ground, Brick & Mortar), la durée de vie du titre est plus que correcte. Ajoutez à cela l’expérience gagnée au fur et à mesure des affrontements ainsi que la personnalisation à l’infini des armes et armures de vos soldats, et vous comprendrez aisément que les férus de tuning en tout genre risquent de passer beaucoup de temps sur le titre. En revanche, et c’est à mon sens le gros point noir du titre, il est de plus en plus difficile de trouver des joueurs en pleine journée (hors Deathmatch classique) et l’attente entre deux parties pourra vous sembler interminable.

Bande son: Les voix anglaises sont correctes sans être transcendantes, et les bruitages n’ont rien d’exceptionnel. En même temps, il est vrai qu’on ne peut pas demander à un titre dématérialisé d’embarquer de superbes voix digitalisées et trois heures de musique.

Conclusion: Même s’il est loin d’être parfait, Blacklight: Tango Down a tout de même le mérite de proposer des parties multijoueur assez dynamiques et ce sans le moindre lag! La personnalisation à outrance ne plaira certainement pas à tout le monde mais vous pourrez sans problèmes vous contenter des armes de base. Zombie Studios ayant d’ores et déjà annoncé qu’il n’y aura pas de DLCs et qu’un second épisode sortira courant 2011 (avec des cartes plus grandes), je ne saurais que trop vous conseiller de tester ce jeu, histoire de vous faire la main en attendant les rouleaux compresseurs de cette fin d’année. Et puis pour une quinzaine d’euros…

Note: 7/10