Space Invaders Logo

[Critique] Le Monde Fantastique d’Oz (Sam Raimi) – Version 3D


Bonjour cher lecteur...

Cet article fait parti d'une archive regroupant l'ensemble des contributions de nos rédacteurs depuis l'année 2008. Aussi, il se pourrait que des images soient absentes ou décalées, merci de ne pas nous en vouloir. Si vous souhaitez tout de même voir certaines images, vous pouvez nous le signaler via notre formulaire de contact et nous nous ferons un plaisir de fouiller dans nos archives pour remettre en ligne nos vieilles photos ou images.

Merci de votre compréhension et bonne lecture !

Le Monde Fantastique d’Oz (Oz: The Great and Powerful), durée 2h07, sortie cinéma le 13 mars 2013, réalisé par Sam Raimi, avec James Franco, Mila Kunis, Rachel Weisz, …

Après nous avoir proposé une superbe trilogie de l’Homme Araignée, Sam Raimi effectue enfin son grand retour au cinéma avec Le Monde Fantastique d’Oz. Préquelle du roman Le Magicien d’Oz, écrit en 1900 par L. Frank Baum, le long métrage nous permet de découvrir comment le fameux « Magicien » est arrivé à Oz. Produit par Joe Roth, qui a déjà de belles références dans le domaine de la fantasy (Blanche-Neige et le chasseur, Alice au Pays des Merveilles), cet Oz des temps modernes peut également se targuer d’avoir un budget confortable (proche des 200 millions de dollars) et d’afficher un casting alléchant. Mais cela suffira-t-il pour nous enchanter ?

Lorsque Oscar Diggs, un petit magicien de cirque sans envergure à la moralité douteuse, est emporté à bord de sa montgolfière depuis le Kansas poussiéreux jusqu’à l’extravagant Pays d’Oz, il y voit la chance de sa vie. Tout semble tellement possible dans cet endroit stupéfiant composé de paysages luxuriants, de peuples étonnants et de créatures singulières ! Même la fortune et la gloire ! Celles-ci semblent d’autant plus simples à acquérir qu’il peut facilement se faire passer pour le grand magicien dont tout le monde espère la venue. Seules trois sorcières, Théodora, Evanora et Glinda semblent réellement douter de ses compétences…
Grâce à ses talents d’illusionniste, à son ingéniosité et à une touche de sorcellerie, Oscar va très vite se retrouver impliqué malgré lui dans les problèmes qu’affrontent Oz et ses habitants. Qui sait désormais si un destin hors du commun ne l’attend pas au bout de la route ?

[dailymotion xy1vyg]

L’histoire débute en 1905, au Kansas, et nous permet de faire connaissance avec Oscar Diggs (James Franco, Spider-Man, 127 Heures), magicien de son état et charmeur invétéré. Mais même si ses tours effectués dans l’enceinte d’un cirque ambulant font sensation, le public peine à faire la différence entre magicien, illusioniste et guérisseur. En tentant d’échapper à la foule, Oscar Diggs embarque dans une montgolfière qui ne tardera pas être emportée par un Ouragan jusqu’au fantastique pays d’Oz. Notez que cette première partie du film est entièrement filmée en noir et blanc et qu’elle nous est proposée au format 4/3, ce qui souligne bien le côté rétro (et réel ?) de ces quinze premières minutes qui s’avèrent être une véritable réussite …

Puis, place aux couleurs flamboyantes et aux images de synthèse à tout va ! Car c’est bien ce qui choque le plus à la première vision du monde d’Oz : pas un seul plan ne parait réel, même l’herbe semble avoir été recréée numériquement, et si certains spectateurs trouveront cela merveilleux, d’autres devraient avoir rapidement la nausée devant un tel déballage d’effets en tous genres. Arrivé dans ce pays, Oscar ne tardera pas à faire la rencontre de Theodora (Mila Kunis, TED, Black Swan), de sa soeur Evanora (Rachel Weisz, Jason Bourne L’héritage, Dream House) ainsi que de Finley, un singe-volant (ça ne s’invente pas !) qui va devenir son serviteur dévoué suite à un sauvetage en bonne et du forme. Dans ce nouveau monde, une Légende veut que le Magicien devrait prochainement revenir et récupérer son dû, c’est-à-dire son trône, son peuple et un trésor inestimable. Bien évidemment, avec sa moralité proche de zéro, Oscar va sauter sur l’occasion pour se faire passer pour ce fameux Magicien et se lancer à l’attaque de la méchante Sorcière Glinda (Michelle Williams, Dawson, My Week with Marilyn) afin de prouver sa bonne foi ! Il est impossible de vous parler plus en profondeur du scénario puisque cela vous gâcherait quelques surprises mais sachez que certains rebondissements, bien qu’évidents, sont assez bien amenés et que la dernière partie du film se révèle être tout bonnement excellente, tant du point de vue de la mise en scène que des artifices utilisés…

Oui mais voilà, avant d’arriver à cette conclusion épique, le film va nous balader durant plus d’une heure avec des situations assez inintéressantes, nous permettant notamment de retrouver certains personnages croisés dans la première partie (celle en Noir et Blanc) mais dans des rôles différents. Certes, les créatures fantastiques rencontrées, notamment la Poupée en Porcelaine, sont relativement bien animées et intégrées à l’histoire, mais l’on ne peut s’empêcher de trouver le temps extrêmement long et certains maquillages fleurent bon le mauvais goût (mention spéciale à la Sorcière). Quant à la 3D, bien que la technologie ait été utilisée dès le tournage, elle n’apporte pas un grand intérêt à l’ensemble, jouant assez bien sur les effets de relief mais abusant de certaines scènettes pour essayer d’en mettre plein la vue (littéralement) aux spectateurs. Malgré tout cela, et après un premier week-end d’exploitation aux Etats-Unis, il semblerait que le film soit parti pour réussir son pari, à tel point qu’un second volet est d’ores et déjà en cours d’écriture : de quoi faire le lien avec l’histoire originelle et ainsi retrouver avec joie le talentueux James Franco, irréprochable en Magicien ? Après tout, un tel opus pourrait représenter un certain intérêt, notamment auprès du grand public qui ne connait pas forcément la version du Magicien d’Oz signée Victor Fleming (1939), mais espérons simplement que cette suite soit plus adulte et que le scénario soit moins faiblard …

Note: 6/10