[Critique] Pacific Rim : Uprising (Steven S. DeKnight, 2018)

Pacific Rim : Uprising, durée 1h51, sortie cinéma le 21 mars 2018, réalisé par Steven S. DeKnight, avec John Boyega, Scott Eastwood, Jing Tian, Rinko Kikuchi, Adria Arjona, Burn Gorman, …

Le conflit planétaire qui oppose les Kaiju, créatures extraterrestres, aux Jaegers, robots géants pilotés par des humains, n’était que la première vague d’une attaque massive contre l’Humanité. Jake Pentecost, un jeune pilote de Jaeger prometteur dont le célèbre père a sacrifié sa vie pour sauver l’Humanité des monstrueux Kaiju a depuis abandonné son entraînement et s’est retrouvé pris dans l’engrenage du milieu criminel. Mais lorsqu’une menace, encore plus irrésistible que la précédente, se répand dans les villes et met le monde à feu et à sang, Jake obtient une dernière chance de perpétuer la légende de son père aux côtés de sa sœur, Mako Mori – qui guide une courageuse génération de pilotes ayant grandi dans l’ombre de la guerre. Alors qu’ils sont en quête de justice pour leurs camarades tombés au combat, leur unique espoir est de s’allier dans un soulèvement général contre la menace des Kaiju. Jake est rejoint par son rival, le talentueux pilote Lambert et par Amara, une hackeuse de Jaeger âgée de 15 ans, les héros du Corps de Défense du Pan Pacific devenant la seule famille qui lui reste. S’alliant pour devenir la plus grande force de défense que la Terre n’ait jamais connue, ils vont paver un chemin vers une extraordinaire nouvelle aventure.

Pour commencer, sachez que je suis un énorme fan de Pacific Rim, premier du nom. J’ai été le voir trois fois au cinéma (avant-première, IMAX, …), j’ai sauté sur le Blu-ray dès la sortie et je me regarde parfois des extraits du film sur Netflix. J’attendais donc avec impatience la sortie d’une suite, même si les retournements de situation autour du film (réalisateur, acteurs, Legendary Pictures) me faisaient craindre le pire. Alors évidemment, je vais avoir du mal à prendre du recul par rapport à Pacific Rim Uprising, et je m’en excuse par avance (et également pour les quelques spoilers, vous êtes prévenus). Prêts ?

Le long métrage prend place dix ans après la fin du premier volet : la faille ayant été bouchée, les Kaijus ne peuvent plus nous envahir et l’Humanité vit paisiblement. Et comme les Jaegers ont une image très populaire, chacun rêve d’avoir ou de construire son Jaeger « illégal » (on en est arrivé là …).

Nous retrouvons donc Jake Pentecost (interprété par John Boyega), fils de Stacker (Idris Elba dans le premier film), obligé bien malgré lui de vivre de quelques larcins pour survivre, et notamment en dépouillant les Jaegers tombés au combat pour en revendre les pièces au plus offrant (on est loin du héros !). Malheureusement, ce dernier finira par se faire arrêter et sera obligé bien malgré lui de retourner à son devoir militaire (sur les traces de son père ?) pour éviter les sanctions judiciaires. Il rejoindra donc le Corps de Défense Pan Pacific (PPDC) sous l’impulsion de sa demi-soeur Mako Mori (Rinko Kikuchi, rare survivante du premier film) pour parfaire l’entrainement des cadets, et ce auprès de son ancien coéquipier, le Ranger Nate Lambert (Scott Eastwood). Et comme il fallait s’en douter, tous deux vont être amenés à reprendre du service aux commandes de Gipsy Avenger (étant donné que Gipsy Danger a disparu/explosé à la fin de Pacific Rim) pour contrer de nouvelles menaces !

Nouvelles menaces puisque outre des Robots Drones sans pilotes fabriqués par SHAO Industries (qui risquent de renvoyer les Jaegers à la retraite), ou encore un Jaeger qui est devenu hors de contrôle quitte à détruire la moitié de Sydney, des réminiscenses Kaijus vont également bientôt faire leurs apparitions.

Stephen S. DeKnight, aux commandes de ce second volet en lieu et place de Guillermo Del Toro (qui reste Producteur), est ici aux commandes de son premier long métrage avec un budget confortable de 150 millions de dollars (c’est toutefois moins que Pacific Rim). Alors évidemment, on le voit très vite à l’écran avec des villes qui sont littéralement détruites (bye bye Tokyo) lors des affrontements entre les Jaegers et leurs ennemis, mais également des Jaegers beaucoup plus acrobatiques : il sautent d’ailleurs tellement facilement dans tous les sens que l’on ne ressent plus la lourdeur des premiers Jaegers (dommage ?).

Contrairement au précédent volet, les attaques des Kaijus ont désormais lieu de jour, ce qui contraint également à une plus grosse débauche d’effets spéciaux pour nous faire vivre les affrontements, là où Guillermo Del Toro jouait habilement avec la pénombre et les contrastes pour ne pas faire exploser son budget. Malheureusement, si le budget est passé dans les combats (réussis et parfaitement chorégraphiés), il aurait pu être utilisé à bon escient pour éviter certains fonds verts affreux sur la base du PPDC : cela saute tellement  aux yeux que ça en devient gênant et que l’on décroche du film lors de ces (rares) moments. Ou alors utilisé pour approfondir certains personnages puisqu’il faut bien avouer que l’on ne comprend pas les multi-facettes de certains d’entre eux, comme Liwen Shao (Jing Tian) qui passe assez rapidement de la femme d’affaire ultra hautaine à une folle furieuse (cheveux au vent) en train de piloter un Jaeger illégal : c’est à la limite du ridicule !

De plus, si l’on obtient (enfin) une réponse (capilotractée) à l’arrivée des Kaijus dans l’Océan Pacifique, il faut bien avouer que la révélation tombe rapidement à l’eau, son intérêt étant proche de zéro. Quant au Kaiju final, déjà aperçu dans les trailers, il est impressionnant (au fait, c’est un Catégorie 5 ou 6 ?) mais ne parvient jamais à nous faire véritablement peur (et sa mort n’est pas franchement spectaculaire). Après tout, on est là pour le spectacle et tant pis pour le scénario (à se demander si le synopsys cité plus haut n’est pas plus consistant).

On déplorera par ailleurs l’absence d’une quelconque explication sur la non-présence de Charlie Hunnam qui incarnait Raleigh Becket dans Pacific Rim, ou encore l’absence de clin d’oeil à Ron Perlman qui prêtait ses traits à Hannibal Chau, LE trafiquant d’organes Kaijus. Je veux bien qu’il y ait des problèmes d’agendas pour les acteurs, ou d’affect vis-à-vis de Guillermo Del Toro, mais trente secondes d’explications n’auraient pas été de refus. Surtout que d’autres personnages, comme le Dr Newton Geiszler (Charlie Day) ou le Dr Hermann Gottlieb (Burn Gorman) sont de retour et occupent une part importante de l’histoire.

Malgré ces défauts, on reste tout de même en terrain connu, et on en prend encore plein les yeux lors des affrontements entre Kaijus et Jaegers. Après tout, c’est ce que l’on demande en priorité à cette franchise, non ? Surtout que la fin laisse la porte ouverte à un troisième volet qui pourrait s’avérer détonnant : partir combattre les Précurseurs dans leur propre monde ! On demande à voir …

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.