Space Invaders Logo

La Légende de Zelda (2001-2010)


Bonjour cher lecteur...

Cet article fait parti d'une archive regroupant l'ensemble des contributions de nos rédacteurs depuis l'année 2008. Aussi, il se pourrait que des images soient absentes ou décalées, merci de ne pas nous en vouloir. Si vous souhaitez tout de même voir certaines images, vous pouvez nous le signaler via notre formulaire de contact et nous nous ferons un plaisir de fouiller dans nos archives pour remettre en ligne nos vieilles photos ou images.

Merci de votre compréhension et bonne lecture !

Et voici la suite de notre mini-dossier consacré à la Légende de Zelda avec les différents opus sortis entre 2001 et 2010 sur les consoles de Nintendo. Je vous rappelle que Zelda souffle sa 25ème bougie cette année et que Nintendo devrait certainement nous réserver de nombreuses surprises d’ici la fin d’année. D’ici là, faisons un petit bond dans le passé…

The Legend Of Zelda: Oracle Of Seasons (2001 sur Game Boy Color)

Développé par Flagship pour le compte de Capcom, Oracle Of Season est une nouvelle aventure plus orientée action que sa jumelle (voir ci-dessous). Graphiquement, le jeu se rapproche énormément de Link’s Awakening DX dont il emprunte également la majorité des idées de gameplay. Comme son titre l’indique, les saisons ont une grande influence sur le Monde, et notamment sur la végétation…

The Legend Of Zelda: Oracle Of Ages (2001 sur Game Boy Color)

Toujours développé par Flagship et sorti à la même date que Oracle of Seasons (OoS), OoA était un épisode plus orienté énigmes. Le jeu vous fait naviguer entre deux époques (passé et présent) et il était truffé d’interactions avec OoS, comme la possibilité de transférer vos sauvegardes de l’un à l’autre (via un système de mots de passe) ou la nécessité de parler à un PNJ de l’autre jeu afin de débloquer des quêtes annexes. Pour ma part, je n’ai joué qu’à OoS lorsque j’ai pu acheter ma première Game Boy Advance: un jeu sympathique mais loin d’être inoubliable…

The Legend Of Zelda: The Wind Waker (2002 sur GameCube)

The Wind Waker est, sans l’ombre d’un doute, l’épisode le plus controversé de la saga. Je me souviens encore de la première présentation du jeu: la vue des graphismes en cell-shading m’avait fait jurer de ne JAMAIS toucher à cette infamie. Et comme vous le savez, il n’y a que les imbéciles… Certes, il devient très vite barbant de naviguer d’un endroit à l’autre de la carte mais dès que vous apprendrez la mélodie des Tornades (sur 6 musiques possibles), la « téléportation » vous fera gagner un temps appréciable. La découverte d’Hyrule (assez tard dans le jeu) finira de vous achever et a définitivement propulsé cet épisode au panthéon des jeux retraçant la Légende de Zelda…

The Legend Of Zelda: The Minish Cap (2003 sur Game Boy Advance)

Flagship nous livre ici un titre assez déroutant puisque Link vivra son aventure au Royaume des Minish en compagnie d’un chapeau lui permettant de prendre une taille lilliputienne. D’après mes (lointains) souvenirs, le titre était un peu trop facile et souffrait d’une durée de vie relativement faible. Certes, The Minish Cap jouit de graphismes fort agréables mais son achat était totalement dispensable…

The Legend Of Zelda: Twilight Princess (2006 sur GameCube et Wii)

Second opus sur GameCube, adapté un peu à la va-vite pour profiter de la sortie de la Nintendo Wii, Twilight Princess fait parti de ces jeux que je n’ai jamais eu le courage de terminer. Je ne sais pas franchement si je dois en avoir honte ou s’il s’agit d’un sentiment partagé par d’autres fans de la série, mais j’ai assez rapidement baissé les bras: l’ennui pointait le bout de son nez… Et pourtant, je l’ai attendu ce jeu: j’étais comme un fou lorsque les premières images ont fait leur apparition à la fin d’une conférence Nintendo à l’E3 2004. C’était l’hystérie totale dans la salle, des réactions comme j’en ai rarement vu depuis que je suis les salons jeux vidéo et que je vous propose de retrouver dans la vidéo ci-dessous…

[dailymotion xj3tp8]

The Legend Of Zelda: Phantom Hourglass (2007 sur Nintendo DS)

Premier épisode portable développé par Nintendo depuis de nombreuses années (14 ans?), Phantom Hourglass m’a vraiment ravi lorsque j’ai pu y jouer sur DS. Le maniement au stylet, qui pouvait sembler totalement fou de prime abord, s’est révélé être excellent et les graphismes en cell-shading étaient parfaits pour une console portable. L’aventure est assez longue (4 zones à explorer) et permet de retrouver bon nombre de clins d’oeils à un autre épisode « marin » de Zelda: The Wind Waker…

The Legend Of Zelda: Spirit Tracks (2009 sur Nintendo DS)

Et voilà un nouvel épisode de Zelda qui m’a énormément ennuyé sur la fin et dont je n’ai jamais pris la peine de finir le dernier donjon (la flemme!). Il faut dire que les voyages en train ont très vite eu raison de ma patience, même si la découverte des téléporteurs m’a fait un bien fou ! Et l’utilisation de la flûte de la Terre, vous obligeant à souffler dans le micro de la Nintendo DS, est quasiment impossible dans les transports en commun de peur de passer pour un fou…

Vous aurez certainement remarqué que j’ai pris le parti de passer sous silences des épisodes tels que Four Swords (2003 sur GBA) ou encore Link’s Crossbow Training (2008 sur Wii) étant donné qu’ils n’apportaient strictement rien à la saga Zelda. Dans un prochain article, nous ferons le point sur les événements prévus pour cette année 2011, à commencer par la sortie de Zelda: Ocarina Of Time 3D, disponible dès le 17 juin sur Nintendo 3DS