Murder By Numbers

[Test] Murder by Numbers (Switch)


Murder by Numbers (version dématérialisée, v1.2.2, sortie le 5 mars 2020), Développeur: Mediatonic, Éditeur: The Irregular Corporation

Murder by Numbers vous propose d’incarner Honor Mizrahi, une actrice de la série policière « Murder Miss Terri » (elle y joue Detective Oates) qui apprend son licenciement à la fin du tournage de l’épisode final de la saison. Par le plus grand des hasards, son patron/producteur est retrouvé mort quelques instants plus tard et notre héroïne devient la cible de tous les soupçons. Elle devra donc faire équipe avec un robot amnésique, SCOUT, pour laver son nom et découvrir qui avait une dent contre le showrunner. En route pour votre première (véritable) enquête au coeur du Hollywood des années 90…

Pour nous proposer un jeu peaufiné, les développeurs anglais de Mediatonic ont fait appel à un certain nombre de talents : Hato Moa (Hatoful Boyfriend) pour le design des personnages, Masakazu Sugimori (Phoenix Wright: Ace Attorney, Ghost Trick et Viewtiful Joe) pour la bande son, le tout étant dirigé par Ed Fear (Hatoful Boyfriend, Swords of Ditto, Heavenstrike). N’allez tout de même pas vous imaginer que vous aurez des animations de folie toutes les cinq minutes puisque la grande majorité du jeu se déroule avec des plans fixes et des personnages possédant 3 ou 4 animations (suivant certaines expressions).

Visual Novel oblige, une grande partie du jeu vous proposera de suivre des dialogues entre les différents protagonistes, avec quelques décisions à prendre ici ou là (comme par exemple présenter certains des indices récoltés). En revanche, le titre étant entièrement en anglais, il est préférable de maitriser quelque peu la langue de Shakespeare pour bien comprendre l’avancée des enquêtes, l’humour de certaines répliques (surtout avec SCOUT qui a des difficultés avec le second degré) ou encore les liens entre chaque personnage. Mais fort heureusement, il existe un énorme twist pour vous sortir de votre lecture assidue puisque pour identifier certains objets trouvés par SCOUT lors de ses scans d’environnements (en général des indices), il faudra passer en mode Picross.

Si vous ne connaissez pas ce style de jeu, sachez qu’il vous invite à noircir des cases suivant des indications données en début de ligne ou de colonne. Il est également possible de marquer certaines cases d’une croix pour indiquer les cases qui n’ont aucun intérêt, et avec un petit peu de logique, vous devriez être capable de dévoiler un dessin (et au pire, il y a une aide disponible). Attention, il faudra souvent plisser des yeux pour tenter de reconnaitre quoi que ce soit, même lorsqu’il se révèle intégralement dans sa version colorisée, mais l’objectif est ailleurs…

A noter que vous aurez quatre enquêtes à résoudre (comptez une bonne vingtaine d’heures), et que chaque grille de Picross vous octroiera des points qui auront une incidence sur votre rang de détective, ce qui débloquera des grilles additionnelles (au nombre de 69) disponibles dans un mode baptisé « Souvenirs de SCOUT »; et là encore, la résolution complète des grilles vous permettra de débloquer des scènes supplémentaires. Il y a tout de même une variante puisque certaines grilles seront à résoudre dans un temps limité (et sans aide) mais pour le reste, vous pourrez prendre votre temps; ce qui peut aussi expliquer la durée de vie confortable du titre..

Au final, Murder by Numbers réussit le pari de réunir deux genres totalement différents pour nous offrir des enquêtes policières rondement menées, et ce en partie grâce au robot SCOUT qui parvient à détendre l’atmosphère lors des interrogatoires. Las, son absence de traduction en français risque de le couper d’une partie du public habitué au Picross alors que l’occasion était trop belle d’initier plus de monde aux Visual Novels, surtout quand ils se retrouvent sublimés par des artistes de talents…

Murder By Numbers
Murder by Numbers (Switch)
7