Observer System Redux

[Test] Observer: System Redux (PS5)

Bons plans et offres de précommande

Observer System Redux

[Bon Plan] Observer: System Redux – Day One Edition (Xbox, PS4, PS5)

À partir de 24,99€ 

Observer: System Redux (version physique, vxxxxx, sortie le 23 juillet 2021), Développeur: Bloober Team, Éditeur: Koch Media

Observer est un thriller horrifique développé par Bloober Team et disponible depuis 2017 sur Xbox One et PS4. Avec l’avènement des consoles de nouvelle génération, et en lien avec la tendance habituelle de ressortir certains titres en version améliorée, il était tout naturel de voir débarquer Observer: System Redux sur Xbox Series et PS5. Sur le papier, cette version ajoute trois nouvelles enquêtes, de nouvelles mécaniques de gameplay et une refonte graphique (4k, textures, modèles 3D, effets…), ce qui est loin d’en faire un portage fainéant. Mais surtout, le studio ayant travaillé sur deux excellents jeu entre-temps (Blair Witch et The Medium), avec un soin particulièrement méticuleux porté au niveau de l’ambiance, les joueurs étaient en droit d’élever le niveau de leurs attentes…

Le titre vous plonge en l’an 2084, dans un futur cyberpunk beaucoup plus sombre/glauque que tout ce que vous auriez pu imaginer: une dystopie ravagée par une guerre mondiale et une épidémie numérique appelée le nanophage, avec son lot d’implants neuronaux et de drogues à tout faire. Vous y incarnez Daniel Lazarski, un inspecteur d’élite qui doit ses traits à l’acteur Rutger Hauer que vous avez pu voir notamment au cinéma dans Blade Runner (qui était déjà une belle lettre d’amour envoyée aux fans de roman d’anticipation) et qui est malheureusement décédé en 2019. Mais vous êtes loin d’être un inspecteur banal puisque vous êtes surtout un Observateur, un homme doté d’un implant baptisé Mange-Rêve et capable de se connecter à l’implant neuronal d’autrui (suspects, victimes) pour fouiller parmi ses souvenirs et ainsi faire progresser l’enquête. Et au centre de cet univers se trouve Chiron Incorporated, une corporation qui règne sur la Pologne et que vous allez croiser à maintes reprises…

Le point de départ de votre aventure est un coup de fil de votre fils, Adam, avec lequel les liens étaient coupés depuis de nombreuses années. Ce dernier a un comportement assez étrange et c’est ainsi que notre héros sera amené à aller enquêter dans un quartier crasseux de Cracovie où se trouve l’appartement d’Adam. A l’intérieur, vous découvrirez rapidement un corps sans tête et il vous incombera de découvrir s’il s’agit de votre fils ou non, et ce en allant enquêter dans toute la résidence. Cette dernière étant en quarantaine, il n’en sera que plus aisé pour découvrir le fin mot de l’histoire.

Du côté du gameplay, il ne faut pas s’attendre à de l’action non-stop. Ici vous allez devoir discuter, prendre des notes, récolter des indices, et laisser la narration se faire. Il y a bien quelques phases de furtivité mais soyons honnêtes, elles sont clairement anecdotiques puisqu’il suffira la plupart du temps de se faufiler derrière le dos d’un personnage pour pouvoir continuer tranquillement votre bonhomme de chemin. Qu’on se le dise, vous êtes ici dans un jeu d’ambiance et de patience, où il sera nécessaire de vérifier chaque recoin à la recherche de nouveaux indices (n’hésitez pas à scanner tout ce qui bouge, même ce qui peut vous sembler anodin). Même la simple ouverture d’une porte vous demandera de jongler entre les touches afin de donner du mouvement à la porte: cela peut devenir vite bancal, mais c’est plutôt sympathique à prendre en main, surtout avec les gâchettes de la DualSense

Même si le studio n’est pas connu pour ses jeux à gros budget, il faut avouer que la direction artistique est une franche réussite, et que l’ensemble est cohérent, voire assez dérangeant par moments. Mention particulière aux effets de lumière qui sont sublimés dans cette version « redux », mais également à l’atmosphère sonore qui vous plonge au coeur de l’horreur.

Outre le côté glauque, le jeu pourra générer des maux de tête chez certains personnes, notamment en raison de ses affichages assez changeants suivant l’état de notre héros: l’écran peut être flou, tanguer, ou encore être pixellisé, et il faut avoir le coeur bien accroché pour réussir à surmonter tous ces obstacles visuels. Notez qu’il est possible de faire quelques ajustements via les options d’accessibilité, ce qui pourrait vous rendre la vie bien plus facile !

Au final, Observer: System Redux n’est pas un jeu à mettre entre toutes les mains, de part son ambiance assez sombre, mais nul doute qu’il saura trouver un public adepte des univers cyberpunk et des jeux à l’atmosphère travaillée. Il faudra tout même accepter de devoir tourner en rond à certains moments, ou de passer beaucoup de temps à lire ou à discuter avec les différents protagonistes, mais cela contribue grandement à sa durée de vie approchant la dizaine d’heures (en prenant le temps de tout scanner/collecter ou de découvrir les nombreuses fins). Par ailleurs, nous vous recommandons chaudement d’y jouer au casque afin de baigner pleinement dans l’ambiance: le jeu n’étant pas si long, il vaut autant en profiter à fond…

Observer System Redux
Observer: System Redux (PS5)
8