Space Invaders Logo

[Critique Flash] La Dame en Noir (James Watkins)


Bonjour cher lecteur...

Cet article fait parti d'une archive regroupant l'ensemble des contributions de nos rédacteurs depuis l'année 2008. Aussi, il se pourrait que des images soient absentes ou décalées, merci de ne pas nous en vouloir. Si vous souhaitez tout de même voir certaines images, vous pouvez nous le signaler via notre formulaire de contact et nous nous ferons un plaisir de fouiller dans nos archives pour remettre en ligne nos vieilles photos ou images.

Merci de votre compréhension et bonne lecture !

La Dame en Noir (The Woman in Black), durée 1h35, sortie cinéma le 14 mars 2012, réalisé par James Watkins, avec Daniel Radcliffe, Ciarán Hinds, Janet McTeer, …

Tiré du roman à succès « The Woman in Black » écrit par Susan Hill en 1983, La Dame en Noir a connu bon nombre d’adaptations au théâtre mais également à la radio ou encore à la télévision par le biais d’une série diffusée en 1989 en Grande Bretagne. Et pour son passage sur grand écran, le mythique studio Hammer, qui n’en finit plus de vouloir retrouver sa splendeur d’antan, a confié la caméra à James Watkins qui nous offre ici sa seconde réalisation après l’angoissant Eden Lake. Côté scénario, c’est Jane Goldman qui s’est chargée de l’adaptation, après avoir notamment collaboré à l’écriture de Stardust, Kick-Ass, L’Affaire Rachel Singer, ou encore X-Men: Le Commencement. En revanche, pour incarner le personnage principal, Arthur Kipps, les producteurs ont tenté le pari fou d’enrôler Daniel Radcliffe, mondialement connu pour avoir campé Harry Potter durant huit long métrages. A ses côtés, les spectateurs pourront notamment retrouver Ciarán Hinds et Janet McTeer (tous deux multi-nominés et récompensés au gré de leurs carrières respectives) qui interprètent ici Mr et Mme Daily, mais également Liz White dans le rôle titre…

Arthur Kipps, jeune notaire à Londres, est obligé de se rendre dans le petit village perdu de Crythin Gifford pour régler la succession d’une cliente récemment décédée. Dans l’impressionnant manoir de la défunte, il ne va pas tarder à découvrir d’étranges signes qui semblent renvoyer à de très sombres secrets. Face au passé enfoui des villageois, face à la mystérieuse femme en noir qui hante les lieux et s’approche chaque jour davantage, Arthur va basculer dans le plus épouvantable des cauchemars…

[dailymotion xniwk4]

La Dame en Noir, c’est d’abord l’histoire d’Arthur Kipps, jeune père de famille veuf, contraint à se rendre dans un village (perdu) afin de régler des problèmes d’héritage suite au décès d’une cliente. Las, le village est sous l’emprise d’une malédiction et les enfants ont tendance à mettre fin à leurs jours pour une raison inexpliquée. Il va s’en dire que les habitués des films fantastiques trouveront rapidement des réponses aux questions qui hantent le manoir et ses environs. Pour les autres, il vous faudra surmonter le stress et la peur ambiante afin de découvrir l’histoire de cette Dame en Noir. Car oui, la seconde partie du film, où Arthur décide de passer la nuit seul dans le manoir, est réellement stressante et nul doute que certains spectateurs auront tendance à se cacher derrière une main ou une écharpe de peur de voir l’inévitable. On se retrouve dès lors face à un film quasi muet, où seule l’atmosphère, pesante à souhait, parvient à retranscrire les dangers environnants. Et pour l’occasion Daniel Radcliffe, superbe dans son costume victorien, réussirait presque à nous faire oublier qu’il incarna un célèbre sorcier à lunettes durant une dizaine d’années ! En somme, La Dame en Noir n’est certainement pas le type de films que l’on sera amené à revoir (par peur ?), et les amateurs d’effets spéciaux en tous genres seront certainement déçus du résultat final voire de la conclusion, mais il serait néanmoins dommage de passer à côté de ce très bel hommage aux films de fantômes (et de maisons hantées) ayant bercé notre enfance (voire celle de nos parents). A déconseiller aux personnes facilement sujettes aux cauchemars…

Note: 6/10