Space Invaders Logo

[Critique] Voyage au Centre de la Terre 2 (Brad Peyton) – Version 3D


Bonjour cher lecteur...

Cet article fait parti d'une archive regroupant l'ensemble des contributions de nos rédacteurs depuis l'année 2008. Aussi, il se pourrait que des images soient absentes ou décalées, merci de ne pas nous en vouloir. Si vous souhaitez tout de même voir certaines images, vous pouvez nous le signaler via notre formulaire de contact et nous nous ferons un plaisir de fouiller dans nos archives pour remettre en ligne nos vieilles photos ou images.

Merci de votre compréhension et bonne lecture !

Voyage au Centre de la Terre 2 : L’île Mystérieuse (Journey 2: The Mysterious Island), durée 1h33, sortie cinéma le 15 février 2012, réalisé par Brad Peyton, avec Dwayne Johnson, Michael Caine, Josh Hutcherson, Vanessa Hudgens,…

Trois ans après un premier opus qui nous proposait (réellement) de voyager au centre de la Terre, les écrits de Jules Verne sont une nouvelle fois à l’honneur sur grand écran avec Voyage au Centre de la Terre 2 : L’Ile Mystérieuse. Intégralement tournée en 3D sous la direction de Brad Peyton (Comme Chiens et Chats 2), cette suite a connu pas mal de soubresauts suite à l’éviction de l’équipe du premier film. Et à la vue de résultat final, on peut se demander si les producteurs n’auraient pas mieux fait de s’en abstenir …

Sean Anderson, 17 ans, reçoit un message de détresse codé en provenance d’une île mystérieuse dont personne n’a jamais entendu parler… Tout aussi impatient que Sean de savoir d’où vient ce message, Hank, son beau-père, décide de tenter l’aventure ! Ils mettent alors le cap sur le Pacifique Sud, puis sur une destination quasi inconnue, dont personne, ou presque, n’est revenu en vie… C’est une contrée d’une beauté stupéfiante, où vivent d’étranges et effrayantes créatures entre des volcans et des montagnes d’or. Une île qui n’a pas fini de dévoiler tous ses secrets. Accompagnés de Gabato, seul pilote d’hélicoptère prêt à s’embarquer dans l’aventure, et de sa fille Kailani, aussi ravissante qu’intrépide, ils partent à la recherche de cette terre lointaine : ils devront sauver le seul être humain qui y habite et fuir avant qu’un terrible volcan ne submerge l’île et n’enfouisse ses trésors à tout jamais…

Le film nous propose de retrouver Sean (Josh Hutcherson) qui semble avoir bien du mal à se remettre de ses précédentes aventures, surtout que sa vie se résume désormais à des prises de tête avec sa mère (dorénavant incarnée par Kristin Davis, Sex & The City) et son beau-père Hank (Dwayne « The Rock » Johnson). En interceptant un message codé, et après une succession de déductions qui feraient passer le plus affûté des détectives pour un idiot, Sean et Hank embarquent pour une expédition au coeur de l’Océan Pacifique afin de retrouver la trace du grand-père de Sean (interprété par Michael Caine) disparu depuis près de deux ans. Et tenez-vous bien: en réalité, L’île Mystérieuse de Jules Verne, L’île au Trésor de Robert Louis Stevenson et celle des Voyages de Gulliver de Jonathan Swift ne seraient en fait qu’une seule et même île…

[dailymotion xmx9s5]

En arrivant sur place, nos deux aventuriers vont rapidement faire la connaissance de Gabato (Luis Guzman), propriétaire d’un avion de fortune, et de sa fille Kailani (Vanessa Hudgens), l’atout charme du film. Notre fine équipe ne tardera pas à découvrir la fameuse île mystérieuse, une île qui souffre du syndrôme de la Règle de Foster, à savoir qu’un éléphant peut avoir la taille d’un chat, tandis qu’une abeille sera plus grande qu’un hélicoptère. Bien évidemment, tout ceci contribue au chaos général régnant sur l’île. A noter que la faune comme la flore sont plutôt bien intégrés au film, l’utilisation de décors naturels n’y étant pas pour rien, exceptée peut-être une course poursuite à dos d’abeilles qui s’avère être tout bonnement ridicule, que ce soit au niveau de l’esthétique des effets spéciaux, ou du rythme, bien trop lent…

Mais voilà, le hasard faisant bien les choses, à moins que ce ne soit l’esprit tordu des scénaristes, l’île s’apprête à repartir pour un cycle de 70 ans au fond des Océans et commence à s’effondrer, nous permettant (enfin) d’admirer le talent des techniciens en charge des effets spéciaux. S’en suivra une succession de scènes de bravoure, d’amourettes (on l’aurait deviné non ?), ou encore d’actes totalement idiots (du type aller récupérer l’or recraché par un Volcan) avant d’atteindre le Nautilus du Capitaine Nemo, rien que ça!!! Si le film a été tourné nativement en 3D, et que certaines scènes semblent avoir été imaginées pour nous en mettre plein la vue via cette technologie, elle ne réussit jamais à convaincre pleinement de son utilité et je ne saurais que trop vous conseiller de vous contenter de la version « 2D ». Pour le reste, Voyage au Centre de la Terre 2 conviendra certainement aux enfants de moins de 10 ans qui riront de bon coeur devant les pitreries de Gabato; quant aux adultes, ils ne devraient tout simplement pas trouver leur compte dans cette n-ième comédie familiale …

Note: 4/10