Space Invaders Logo

[Test] Kinect Sports (Xbox 360)


Bonjour cher lecteur...

Cet article fait parti d'une archive regroupant l'ensemble des contributions de nos rédacteurs depuis l'année 2008. Aussi, il se pourrait que des images soient absentes ou décalées, merci de ne pas nous en vouloir. Si vous souhaitez tout de même voir certaines images, vous pouvez nous le signaler via notre formulaire de contact et nous nous ferons un plaisir de fouiller dans nos archives pour remettre en ligne nos vieilles photos ou images.

Merci de votre compréhension et bonne lecture !

Testé en solo et multijoueur sur la version commerciale de Kinect Sports sur Xbox 360.

Développé par Rare, studio mythique que l’on ne présente plus, Kinect Sports fait parti de ces jeux incontournables au lancement d’une nouvelle console ou d’un nouvel accessoire, Kinect dans le cas présent. Jouables seul, en coopératif voire en ligne, les 6 activités sportives qui émaillent le jeu vous permettront très certainement de mieux assimiler les possibilités de la nouvelle caméra en « jouant avec votre corps« . Malheureusement, après quelques parties, les lacunes commenceront à se faire ressentir parmi les joueurs les plus aguerris…

Boxe: Sur le ring, vous devrez être le plus rapide possible pour placer vos frappes (hautes ou basses), mais également pour esquiver/parer. Mais attention, l’épreuve peut rapidement devenir un énorme défouloir où vous n’aurez qu’une envie: asséner des coups à répétition, ce qui peut sembler naturel, mais pas forcément pour la caméra qui aura le plus grand mal à reproduire tous vos mouvements. En revanche, le jeu à 2 est très amusant (mais fatiguant) et les KO sont plutôt bien implémentés…

Athlétisme: En lieu et place d’athlétisme, il faut plutôt parler d’une sorte de pentathlon puisque 5 épreuves vous sont proposées: le sprint, le lancer de javelot (3 essais), le saut en longueur (3 essais), le lancer de disque (3 essais) et enfin la course de haies. Ici, il n’y a pas de mystères: il faut courir sur place puis sauter à pieds joints pour sauter (attention au temps de latence) ou mimer un lancer en prenant garde à l’angle d’attaque. En soi, l’athlétisme n’a rien d’exceptionnel et se limite à des mouvements ultra basiques, mais le fun est tout de même assuré par la gestion des « records du monde », idéal pour les parties entre amis…

Football: Attention, les différents médias que vous avez pu voir concernant le Football dans Kinect Sports vous auront peut-être trompé: il ne s’agit nullement d’un FIFA ou PES jouable sans manettes. Ici, deux équipes de 7 joueurs s’affrontent dans des matchs ultra statiques où les déplacements n’existent pas: tout est automatisé et l’on croirait presque faire face à un jeu de foot au tour par tour. En effet, en attaque vous pouvez uniquement passer/tirer/faire une tête, tandis que la défense se limite à couper la trajectoire de la balle, ou à utiliser les gants du gardien pour repousser les tirs. Bref, rien de transcendant, surtout que les buts s’enchainent sans trop de difficultés…

Ping-Pong: Le Tennis de Table aurait pu être l’épreuve reine de Kinect Sports mais il n’en est rien, la faute à des mouvements trop imprécis (les effets…) et une étrange impression de pouvoir seulement pousser la balle. La maitrise des déplacements (latéralement mais également avant/arrière) est obligatoire sous peine de rater la moindre balle partant un peu sur le côté, et contrairement à la concurrence, il est possible de servir comme bon vous semble. En revanche, il est un peu pénible à la longue de se faire assister au moindre coup…

Beach-Volley: Par équipes de 2, les pieds dans le sable, vous voilà réincarné en volleyeur avec le panel complet de gestes que l’on peut attendre d’une simulation de volley: service volée, smash, reprise, contre, passe, etc… Mais tout comme pour le football, les déplacements des joueurs sont entièrement automatisés et les matchs deviennent très rapidement bordéliques. Et encore, je ne vous parle pas des contres au filet, totalement ratés et qui donnent l’impression de passer au travers du filet où que vous soyez…

Bowling: Pour finir ce tour d’horizon, place au bowling et à son ambiance feutrée (malgré des commentaires un brin irritants). Après avoir choisi de prendre une boule dans la main gauche ou droite, à vous les joies des Spare et des Strikes, si du moins vous réussissez à jouer quelque peu avec les effets qui s’avèrent assez mal gérés. En revanche, il est appréciable d’avoir des petites marques au sol indiquant la future direction de la boule, même si, une fois le mouvement réalisé, vous risquez très certainement de dévier de votre trajectoire initiale.

Kinect Sports est finalement assez difficile à juger, du fait de la qualité inégale des épreuves (le bowling ayant eu ma préférence). Les ménagères seront aux anges en découvrant que Denis Brogniart officie aux commentaires, tandis que les « djeunz » n’hésiteront pas à se dandiner sur certaines musiques très connues utilisées pour ponctuer vos exploits. Outre les activités principales, vous pourrez également choisir le Mode Fête (2 équipes, impossible en solo) et le Mode Mini-Jeux (dont certains sont beaucoup plus intéressants que le sport auquel ils se rattachent). Afin de progresser, Kinect Sports vous proposera 4 niveaux de difficulté (débutant, amateur, pro, champion) mais je ne saurais que trop vous conseiller de très rapidement monter en gamme histoire d’apporter un peu plus de dynamisme aux parties. Enfin, les avatars, si chers à Microsoft, sont assez bien intégrés dans le jeu, même si je trouve toujours leur présence très dispensable/envahissante. Kinect Sports est donc un jeu qui aurait mérité d’être livré en bundle avec Kinect, car en l’état, l’achat du jeu est uniquement conseillé à celles et ceux désirant faire quelques parties entre amis, l’intérêt de jouer seul étant proche du néant…

Note: 5/10